En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Shaaban Robert

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain tanzanien de langue swahili (1909 – 1962).

Né sur la côte de l'océan Indien près de Tanga, il fait une carrière modeste dans l'administration coloniale et se fait connaître par ses poèmes dans la presse et enfin par une autobiographie (Maisha yangu, [Ma vie], 1936), texte composite dans lequel il mêle des réflexions sur sa vie familiale et sur la situation de l'écrivain pendant la période coloniale. Il publie un recueil de ses textes en 1947. Sa poésie qui suit les modèles arabes est un commentaire politique et moral de l'actualité sociale, détachée des textes classiques de la littérature islamique swahili. Militant nationaliste associé au parti de Nyerere, il est nommé président du Comité est-africain pour l'aménagement du kiswahili. Il donne des romans de politique-fiction et de critique sociale (Adili et son frère, 1951 ; Kusadikika, 1951) et une biographie de la chanteuse Siti Binti Saad. Son œuvre variée est remarquable par l'effort qu'elle représente pour donner en kiswahili une expression aux problèmes liés au nationalisme, en inventant une nouvelle écriture de la prose, pratiquée sous la forme de l'essai. Son nom est associé à la promotion du kiswahili comme langue officielle de la Tanzanie et moyen de communication régional en Afrique de l'Est.