En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Edgar Quinet

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Historien et philosophe français (Bourg-en-Bresse 1803 – Paris 1875).

Pour traduire la Philosophie de l'histoire de Herder (publiée en 1825), Quinet apprit l'allemand, mais publia entre-temps (1823) ses Tablettes du Juif errant, réimprimées plus tard à la suite d'Ahasvérus (1833), vaste poème allégorique en prose. Au cours d'un voyage en Allemagne (1827), Quinet rencontra de nombreux philosophes et écrivains. Après la Révolution de 1830, il publia des brochures philosophico-politiques et des études scientifiques : De l'épopée des Bohêmes, Du génie des traditions épiques de l'Allemagne du Nord. En 1831, son article De l'avenir des religions proposait une histoire générale des religions conçue philosophiquement et annonçait leur fusion progressive dans un humanitarisme libéral.

Nommé à une chaire de littérature méridionale au Collège de France (1841), Quinet professa une histoire tumultueuse à laquelle son éloquence déclamatoire et ses sympathies protestantes fournirent des arguments hétérodoxes. Ainsi son cours fut-il suspendu (1846). Député (1848), proscrit après le 2 décembre 1851, Quinet vécut à Bruxelles, où il publia la Révolution d'Italie (1852), la Philosophie de l'histoire de France (1855) ; ayant refusé l'amnistie (1858), il se fixa à Veytaux (Suisse), où, tout en écrivant beaucoup, il s'imposa comme la « conscience vivante » de la résistance à l'Empire. Rentré à Paris en 1870, député en 1871, il résuma ses théories dans l'Esprit nouveau (1874).