En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Philippe Quinault

Jean Berain, décor pour Armide
Jean Berain, décor pour Armide

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète français (Paris 1635 – id. 1688).

Fils d'un boulanger, il devint très jeune le valet de Tristan l'Hermite et fit son éducation parmi les livres de son maître. Socialement habile, il fit une belle carrière, malgré les attaques des puristes et des moralistes. Il produisait beaucoup (comédies, tragédies – Astrate, 1664 – et tragi-comédies), mais le succès vint surtout vers 1670 (Bellérophon, 1670 ; Psyché, 1671, en collaboration avec Molière et Corneille), et c'est comme librettiste de Lulli qu'il connut enfin la gloire. Ils furent les initiateurs de l'opéra français : prologue et final propices aux fastes scéniques et à la machinerie ; découpage en récitatifs, airs et chœurs alternés (Cadmus et Hermione, 1673 ; Alceste, 1674 ; Persée, 1682 ; Phaéton, 1683). Avec Roland (1683), Amadis (1684) et Armide (1686), il abandonna les thèmes classiques de la mythologie païenne pour s'ouvrir à un merveilleux baroque et chrétien, à la demande même de Louis XIV, dont il exalta le règne dans un ballet, le Temple de la Paix (1685).