En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Antero Tarquínio de Quental

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète portugais (Ponta Delgada, Açores, 1842 – id. 1891).

Ayant été élevé dans un climat profondément religieux et attaché aux traditions, l'un des traits les plus marquants de son tempérament est l'appel mystique, transmué en dévotion extrême pour la cause sociale qu'il défendit pendant la phase la plus combative de sa vie. Étudiant à Coïmbre dès 1858, il fut à l'origine – et devint le principal mentor – de la « génération de 70 », qui se dresse contre l'étroitesse provinciale et sclérosante de Castilho et défend le réalisme. Sa poésie devient un instrument d'agitation et d'action sociale dans Odes modernes (1865), influencées par Victor Hugo. Organisateur des Conférences démocratiques du Casino de Lisbonne (1871), il anima au Portugal des mouvements ouvriers s'inspirant des doctrines de Proudhon. Ses espoirs déçus l'enfoncent dans la recherche individuelle d'un absolu qui allait le conduire au suicide. Les Sonnets complets (1890) expriment les étapes successives de ce drame.