En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

José Maria Eça de Queiros

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain portugais (Póvoa de Varzim 1845 – Paris 1900).

Diplomate, grand voyageur, adversaire du romantisme, il participa à Lisbonne aux conférences du Casino (1871) et définit le réalisme comme refus du conventionnel, de l'emphase et de la mièvrerie. Le tempérament romantique, nourri de Heine, de Hoffmann et de Poe, perce encore dans ses premières œuvres, mais Singularités d'une jeune fille blonde (1874) s'impose comme le premier récit réaliste écrit en portugais. Sa critique humoristique de la société portugaise s'intensifie dans des romans, visant à la fois le clergé (le Crime du Père Amaro, 1875), les milieux littéraires et journalistiques (la Capitale, 1905), la petite et la haute bourgeoisie (le Cousin Basílio, 1878 ; les Maia, 1888). Ce ton change dans ses œuvres postérieures : l'Illustre Maison Ramires (1897) est une évocation du Moyen Âge et de l'aristocratie héréditaire, la Ville et les montagnes (1901), un chant idyllique de la vie rustique, mais aussi une réflexion de l'auteur sur son parcours intellectuel.