En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Qian Zhongshu

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Romancier et critique chinois (1910 – 1998).

Formé en partie à l'étranger (Oxford, la Sorbonne), ce grand lettré est le fondateur de l'école comparatiste chinoise. Son roman la Forteresse assiégée (1947) est, en pleine guerre civile, un grand succès populaire : c'est à travers la destinée lamentable d'un fils de famille, faux docteur en philosophie, coincé dans une vie conjugale catastrophique, la satire brillante des milieux intellectuels shanghaiens. À la fondation de la République populaire, Qian Zhongshu renonce à l'écriture romanesque pour se consacrer à la recherche. Avec sa femme Yang Jiang, elle aussi écrivain, il est déporté pendant la Révolution culturelle, afin d'être « rééduqué » dans une « école de cadres du 7 mai ». Réhabilité en 1979, il fait paraître le Bambou et le poinçon, panorama en langue classique de la littérature universelle, ouvrage tout entier composé mentalement pendant sa dure « rééducation », où il met en évidence les échanges entre Chine et Occident.