En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Qabbani

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Lignée d'écrivains syriens.

Ahmad Abû Khalîl (Damas 1836 – id. 1902) a été l'un des premiers dramaturges arabes. Il fonda avec Iskandar Farah à Damas la première troupe théâtrale et composa des pièces inspirées des contes et du patrimoine arabe ancien (l'Ingrat, Ruses de femmes, 'Afîfa, Hârûn al-Rachîd et Uns al-Jalîs, 'Antar Ibn Chaddâd) ainsi que des adaptations (Mithridate). La réaction religieuse lui fit fermer son théâtre (1884). Il émigra alors avec sa troupe en Égypte.

Nizâr (Damas 1923 – 1998) a abandonné une brillante carrière diplomatique pour se consacrer à l'édition (il a fondé une maison d'édition à Beyrouth, en 1966) et à la poésie. Ses œuvres, d'inspiration élégiaque, très novatrices dans la forme, traitent de problèmes sociaux et de préoccupations quotidiennes (La brune m'a dit, 1942 ; Poèmes, 1956 ; le Livre de l'amour, 1970 ; Tu es à moi ; Samba ; Chérie ; Poèmes hors la loi, 1972 ; À Beyrouth, avec mon amour, 1976 ; Poème de Balqîs, 1982 ; En marge des marges, 1992). Peu respectueux des tabous de la société (sa première œuvre fit scandale), et n'hésitant pas à prendre violemment parti sur des problèmes brûlants (la défaite de 1967, les divisions interarabes, les régimes policiers), Nizâr Qabbânî est l'un des poètes les plus populaires du monde arabe.