En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ernest Psichari

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Paris 1883 – Saint-Vincent-Rossignol, Belgique, 1914).

Petit-fils de E. Renan, il étudie les lettres, sympathise avec les idées socialisantes, puis s'engage dans l'armée coloniale en 1903. Une mission d'un an au Congo (septembre 1906-juin 1907) va changer sa vie ; l'Afrique, qu'il observe attentivement, le révèle à lui-même (Carnets de route, posth. 1948 ; Terres de soleil et de sommeil, récit écrit à partir de ses notes). Là va commencer pour lui la recherche spirituelle d'une discipline intérieure, qu'il trouvera d'abord dans l'armée, où il sera officier d'artillerie. Il rendra compte de son évolution intellectuelle et de sa fascination pour la beauté de l'Afrique dans son roman l'Appel des armes (1913), dédié à Charles Péguy, et dans un journal, les Voix qui crient dans le désert, publié en 1920. Cette « soumission du soldat », écrit-il, « n'est que la figure d'une soumission plus haute ». Il finit par se convertir au catholicisme en 1913 ; cet itinéraire mystique, qui le fait entrer au Tiers Ordre de Saint-Dominique, est analysé sous forme romanesque dans le Voyage du centurion (1915). Sa vie est brutalement interrompue en 1914, aux premiers jours de la guerre.