En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Properce

en lat. Sextus Aurelius Propertius

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète latin (en Ombrie v. 47 – v. 15 av. J.-C.).

Né dans la région d'Assise, il vint très jeune à Rome, v. 30 av. J.-C., pour tenter de refaire la fortune que son père avait perdue dans les confiscations issues des guerres civiles. Il y composa surtout un ensemble d'Élégies dont le succès lui valut d'être admis dans le cercle de Mécène, où il devint l'ami de Virgile et d'Ovide. À l'exception du dernier des quatre livres qui rassemble des élégies « nationales » inspirées par différents épisodes de l'histoire romaine, les poèmes évoquent son amour pour une courtisane cultivée, Cynthie, liaison orageuse où se succèdent ruptures, voluptés et souffrances. En prenant pour modèles les poètes alexandrins Callimaque et Philétas (recours à l'érudition mythologique, virtuosité des constructions métriques), Properce excelle dans cet art virtuose des « fausses confidences » qu'est la poésie amoureuse, réservée dans la bonne société et la jeunesse dorée de Rome à la célébration des amours irrégulières. Par l'obsession de la mort, il donne toutefois un ton nouveau à la lyrique érotique.