En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

John Boynton Priestley

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain anglais (Bradford, Yorkshire, 1894 – Alveston, Warwickshire, 1984).

Romancier (les Bons Compagnons, 1929 ; Ruelle de l'Ange, 1930 ; The Magicians, 1954) dans la tradition de Fielding, il s'épanouit dans un picaresque bon enfant, parfois tenté par l'horreur ou la métaphysique. Virage dangereux (1932) s'inspire des théories de J. W. Dunne sur le temps et ses boucles. Un inspecteur vous demande (1946), la Cage de verre (1957) sont du bon théâtre populaire, tandis que la Gueule du dragon (1952) a des relents freudiens. La Littérature et l'Homme d'Occident (1960) fait tout naturellement l'apologie du roman anglais comme point culminant de la civilisation. Les Flonflons de la fête (1965) reflètent la tristesse d'un empire sur lequel le soleil se couche désormais.