En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Vasco Pratolini

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain italien (Florence 1913 – Rome 1991).

Directeur de la revue Campo di Marte, il débute dans une veine lyrique et intimiste (Première Vie de sagesse, 1938 ; le Tapis vert, 1941). Puis, sous l'influence de C.-L. Philippe et de M. Pratesi, il brosse une vaste fresque de la vie populaire à Florence, de la fin du xixe siècle au lendemain de la Seconde Guerre mondiale (le Quartier, 1944 ; Chronique des pauvres amants, 1945 ; Chronique familiale, 1947 ; les Filles de San Frediano, 1952 ; la Constance de la raison, 1963). Metello (1955) inaugure la trilogie Une histoire italienne, poursuivie par le Gâchis (1961), et Allégorie et dérision (1966). Situé à Florence à la fin du xixe siècle, il retrace l'éducation sentimentale d'un jeune maçon à l'époque des premiers mouvements ouvriers. Pratolini oscille alors entre l'engagement politique et le lyrisme autobiographique, dans des récits brefs au décor limité à tel ou tel quartier de Florence (la Javelle de Natascia, 1985). Si elles suscitèrent un vaste débat théorique, les ambitions historiques de son œuvre ultérieure, placée à la fois sous le signe de Dante et du réalisme socialiste, n'éludent que difficilement la raideur dogmatique du roman à thèse.