En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jan Potocki

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain polonais d'expression française (Pików 1761 – Vladówka 1815).

Voyageur cosmopolite (Voyage en Turquie et en Égypte, 1788 ; Voyage dans l'Empire du Maroc, 1792), conseiller du tsar Alexandre Ier, nourri de la philosophie des Lumières et marqué par la sensibilité préromantique, ethnologue et archéologue (Recherche des antiquités slaves,1795), il appartient à l'histoire littéraire par son théâtre en français (Parades, 1793), qui s'inscrit dans la tradition de la farce moliéresque, et surtout par un roman, également écrit en français à partir de 1797, le Manuscrit trouvé à Saragosse, partiellement publié une première fois en 1804-1805, avant une longue période d'oubli puis sa redécouverte par Caillois en 1958 et une édition dite intégrale, revue plusieurs fois entre 1989 et 1992, qui rencontra un grand succès public et assit définitivement son importance comme l'un des livres clefs de la littérature fantastique. La structure en « tiroirs gigogne » du récit, dont la forme s'inspire des Mille et une Nuits dans la division en journées, tout en les dépassant par le subtil et continu entrelacement des thèmes et des récits, permet des jeux de répétition qui, en multipliant les points de vue sur un même événement, assurent l'effet d'incertitude. Dans le même temps, l'usuel pacte diabolique et le thème des revenants, hommages au roman noir, sont dépassés pour une réflexion approfondie autant qu'humoristique sur les limites de la raison et la difficulté à affirmer dans un monde en proie à la superstition la légitimité de la pensée des Lumières. L'artifice du cadre espagnol, lieu d'infinies errances, participe de la poésie d'un ouvrage qui ose le mélange de tous les genres, du conte libertin au récit politique, et préfigure la meilleure fiction romantique par la confiance accordée en une unité « spirituelle » par delà l'apparent éclatement des espaces, des discours et des expériences. Ce roman a priori inadaptable fut pourtant magistralement mis en scène par le cinéaste polonais Has en 1964.