En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Frederik Pohl

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain américain (New York 1919).

Membre du célèbre groupe new-yorkais des Futurians (1938-1945), rédacteur et anthologiste, il signe plusieurs romans avec Cyril Kornbluth, dont Planète à gogos (1952) et l'Ère des gladiateurs (1955), virulente satire de la publicité. Les premiers romans signés de son seul nom prennent le prétexte du complot pour dérouler des aventures classiques (l'Ultime Fléau, 1965). Tout en échappant aux pesanteurs de la « Hard Science », par son style vif et un indéniable sens du romanesque, il met à contribution ses très larges connaissances des sciences et des techniques pour rendre vraisemblables les détails quotidiens d'une situation exceptionnelle : adaptation cybernétique d'un homme appelé à vivre sur Mars (Homme Plus, 1976). Son œuvre est cependant empreinte d'un désenchantement qui pèse tant sur la Grande Porte (1979) et ses suites que sur Jem (1979) ou Plus de morts que de vifs.