En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

William Plomer

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain sud-africain (Pietersburg, Transvaal, 1903 – Lewes, East Sussex, 1973).

Codirecteur (1920) avec Roy Campbell de Voorslag, il affiche son mépris pour l'apartheid et son premier roman (Turbott Wolfe, 1925) est celui de la colère. Exilé au Japon puis en Angleterre, il multiplie les ballades satiriques sur l'absurdité de la violence institutionnelle (Poésies complètes, 1960). Je parle de l'Afrique (1927) et l'Enfant de la reine Victoria (1933) auront sur les lettres africaines une influence considérable (d'admiration ou de rejet). Nouvelliste (Paper Houses, 1929 ; Quatre Pays, 1949), auteur de récits consacrés à la vie de personnalités diverses (Cecil Rhodes, 1933 ; Ali le Lion, 1936, repris en 1970) et à la sienne propre (Double Vie, 1943), il a écrit de nombreux livrets pour les opéras de Benjamin Britten (Culew River, 1964 ; le Fils prodigue, 1968).