En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Charles Plisnier

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain belge de langue française (Ghlin 1896 – Bruxelles 1952).

Ce membre du parti communiste belge, responsable du Secours rouge international, parcourt l'Europe jusqu'au moment où staliniens et trotskistes se séparent, en 1928. Jusqu'en 1934, sa poésie reste l'exutoire d'une existence de militant : poèmes amples, au phrasé déclamatoire (Déluge, 1933 ; Babel, 1934 ; Sacre, 1938 ; Ave Genitrix, 1943) ; la parabole poétique révèle le chemin parcouru depuis les enthousiasmes révolutionnaires jusqu'au seuil de l'Église. Le recueil de nouvelles Faux Passeports remporte en 1937 le prix Goncourt, attribué pour la première fois à un écrivain étranger. Il évoque ces militants communistes munis d'une fausse identité, car ils se trompent eux-mêmes (et les autres) en sachant bien, au fond, qu'ils sont incapables de donner au parti « autre chose que leur vie » : ces figures monolithiques sont les saints et martyrs d'une nouvelle religion de l'homme. Ce sera pourtant dans la création de personnages aux visages multiples, appréhendés à travers l'épaisseur du social, que Plisnier excellera.

Pour les camper, il lui faudra l'ampleur romanesque de Mariages (1936), puis des cycles de Meurtres (5 vol., 1939-1941) et de Mères (3 vol., 1946-1950) : ainsi peint-il, avec leur riche vie intérieure, des âmes de révoltés refusant les tabous sociaux et combattant l'ordre bourgeois. Ces sagas familiales déroulent la fresque d'un vaste monde passionné, au bord de l'écroulement.