En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Charles-Louis Philippe

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Cérilly, Allier, 1874 – Paris 1909).

Fils d'un sabotier, il fut le romancier des pauvres : ses personnages – enfants, malades, ouvriers, employés de bureau, prostituées, souteneurs – souffrent ou font souffrir. Tous restent enveloppés dans une même gangue, celle d'une vie mal dégrossie, violente, opprimée. La sensibilité précise et douloureuse du style, naïf et savant à la fois, aboutit à un naturalisme poétique imprégné de l'atmosphère tolstoïenne (la Mère et l'Enfant, 1900 ; Bubu de Montparnasse, 1901 ; le Père Perdrix, 1902 ; Marie Donadieu, 1904 ; Croquignole, 1906 ; Charles Blanchard, 1913). Philippe, qui rata de peu les premiers prix Goncourt, fut de l'équipe qui fonda la première N.R.F. Très admiré par Gide et Giraudoux, il reste l'une des figures les plus fascinantes du début du siècle. Son œuvre témoigne d'une double volonté : situer dans le monde les pauvres à la place réduite qu'on leur reconnaît, mais aussi éclairer cette place comme elle le mérite, sans rêverie ni apitoiement.