En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Manuel de Pedrolo

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain espagnol de langue catalane (Arañó, Lérida, 1918 – Barcelone 1990).

De ses quelque soixante-dix romans, les plus connus sont Balanç fins a la matinada (1963), Totes les bèsties de càrrega (1967), Un amor fora ciutat (1970) et le cycle Temps obert (1968-1980), l'une de ses expériences narratives les plus originales : les onze volumes correspondent chacun à l'une des destinées possibles d'un même personnage, Daniel Bastida, selon les différentes directions que pourront imprimer à son existence, alors qu'il est encore tout enfant, les aléas de la guerre civile. C'est d'ailleurs la caractéristique essentielle de la production romanesque de Pedrolo que la prodigieuse diversité des techniques narratives utilisées d'une œuvre à l'autre : il introduit ainsi dans le roman catalan un esprit novateur d'une grande influence sur les écrivains plus jeunes. Pedrolo est aussi l'auteur de recueils poétiques (Esser en el món, 1949 ; Arreu on valguin les paraules, els homes, 1975) et de pièces de théâtre (Homes i No, 1959 ; Tècnica de cambra, 1964). Il a également publié plusieurs volumes de nouvelles, des traductions et des recueils d'articles de journaux. Si l'on peut dégager une constante thématique de cette œuvre considérable, c'est sans contredit la défense de la liberté sous toutes ses formes collectives et individuelles, en dépit de la censure franquiste.