En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Boris Leonidovitch Pasternak

Boris Pasternak
Boris Pasternak

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète russe (Moscou 1890 – Peredelkino 1960).

Élevé dans une famille d'artistes (son père, Leonid, est un peintre reconnu, et sa mère est pianiste), il développe un talent de compositeur, sous l'influence de Scriabine, son maître. Malgré les encouragements de ce dernier, Pasternak refuse de suivre une carrière musicale et choisit de poursuivre des études de philosophie, à l'Université de Moscou, puis à Marbourg (1912), où il s'initie à la pensée idéaliste. Là encore, il renonce à donner une orientation professionnelle à sa formation (mais les préoccupations philosophiques imprègnent l'ensemble de son œuvre), publie son premier recueil de poèmes, le Gémeau dans les nuées (1914) et se rapproche du groupe futuriste Tsentrifouga. La rencontre avec Maïakovski a une grande influence sur sa poésie : Par-dessus les obstacles (1916) partage certains traits du futurisme, l'assimilation du poète à l'artisan, l'intérêt pour le langage en tant que matière sonore..., mais Pasternak refuse la rupture radicale avec le passé et revendique une tradition poétique (Lermontov, Tiouttchev, Rilke). C'est un recueil de 1917, intitulé Ma sœur la vie, libéré des influences, qui traduit le mieux sa conception de la poésie comme instrument d'une participation panthéiste à un dynamisme universel, d'une acceptation totale de l'existence, à laquelle il reviendra dans Seconde Naissance (1930-1931). Il a renoncé, pour essayer de saisir la voix du monde, à une forme poétique plus narrative ; à l'inverse, dans un récit dont l'inspiration se rattache à cette veine, l'Enfance de Luvers (1922), la prose se fait poésie pour décrire les perceptions et les émotions d'une petite fille qui découvre le monde. La révolution, pour Pasternak, est comme toute chose, tout événement, un élément de la nature ; pour la chanter, il se tourne vers le style épique dans Haute Maladie (1924), Dix-neuf cent cinq (1925-1926) et l'Enseigne de vaisseau Schmidt (1926-1927). À partir des années 1920, le problème de la place du poète dans l'Histoire, thème majeur de son œuvre, se pose à lui avec une acuité grandissante : dans le récit les Voies aériennes (1924) et le roman en vers Spektorski (1931), il livre des portraits d'intellectuels qui se sentent en accord avec les idéaux révolutionnaires mais se refusent à la violence qu'ils engendrent, au nom de l'immédiateté de la vie. Jugé « apolitique », il se réfugie dans la traduction (Verlaine, Goethe, Shelley, Shakespeare), avant de trouver dans la guerre prétexte à réconciliation avec son peuple (les Trains du petit jour, 1943 ; l'Espace terrestre, 1945). Il revient cependant après la guerre à un roman entrepris depuis longtemps, le Docteur Jivago, qui pose à nouveau le problème de l'individu dans l'Histoire. L'écrivain a mis beaucoup de lui-même dans la figure du docteur Jivago, médecin mais aussi poète, représentant typique de l'intelligentsia prérévolutionnaire, qui traverse les années de révolution et de guerre civile en refusant tout engagement. Le roman est construit sur un modèle épique, tolstoïen : on suit les protagonistes, Iouri et Lara, dès leur enfance puis à travers leurs pérégrinations dans une Russie en total bouleversement. Les relations du héros avec la nature, l'amour qui le lie à Lara et qui apparaît comme le prolongement de la vie, en écho à la beauté du monde, expriment un désir de rechercher hors de l'Histoire un sens à l'existence et le refus de croire que l'humanité peut se diviser irréductiblement en deux camps. La publication du roman en 1957, en italien (une édition étrangère en russe paraît en 1958, en même temps que les traductions française et anglaise), ainsi que l'attribution du prix Nobel (1958) provoquent une dure campagne contre Pasternak en U.R.S.S. Pendant cette période difficile, Pasternak continue à écrire des poèmes qu'il réunit dans son dernier recueil, l'Éclaircie (1956-1959), où il revient sur tous les thèmes essentiels de son œuvre, et réaffirme cette forme d'humanisme idéaliste et panthéiste qui caractérise sa conception du monde.