En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Cynthia Ozick

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Femme de lettres américaine (New York 1928).

Voix centrale du roman juif américain contemporain, Ozick a commencé sa carrière littéraire avec Confiance (1966), roman d'inspiration jamesienne qui met en scène, en Amérique et en Europe, l'hypocrisie d'une riche famille américaine, et formule l'opposition fondamentale entre paganisme et judaïsme qui traverse l'ensemble de l'œuvre (notamment les nouvelles du Rabbin païen, 1971). L'inspiration juive devient de plus en plus prégnante dans son travail, alors que l'Holocauste se place au cœur des histoires de Sang versé (1976). Lévitation reprend le thème, faisant de l'Holocauste un événement qui définit l'identité juive et sépare les vrais juifs de ceux qui, dé-judaïsés, qui ne « lévitent » pas et restent irrémédiablement ancré dans le sol. La lutte entre culture juive européenne, rescapée, et culture américaine, impérialiste, fait l'objet de la Galaxie cannibale (1984) et le Messie de Stockholm (1987). Au même titre que Faulkner ou Morrison, Ozick forge un style dense et intense, qui véhicule les ambiguïtés et les dangers encouru par le judaïsme ancien en Amérique.