En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ferdinand Oyono

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain camerounais (N'Goulemakong, Cameroun 1929).

Il passe son enfance dans la région d'Ebolowa, une zone de forêts et de cacaoyères qui sert de cadre à ses romans, avant de venir en France poursuivre ses études à la faculté de droit et à l'École nationale d'administration, tout en ébauchant la rédaction de ses souvenirs d'enfance. Il publie Une vie de boy (1956), un roman très maîtrisé, qui en laissant la parole à Toundi, le jeune boy naïf, sorte de Candide africain, révèle toutes les tares du système colonial : arrestations arbitraires, tortures, frustrations, mais avec un humour féroce. La même année, le Vieux Nègre et la Médaille manifeste aussi une verve satirique sans égale dans la littérature de l'époque. Chemin d'Europe (1960) est l'évocation picaresque de la « réussite » d'un jeune séminariste camerounais. Ses responsabilités diplomatiques (représentant de son pays à l'O.N.U., présidence de l'Unicef) ont ensuite tenu F. Oyono à l'écart de la scène littéraire.