En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Lioudmila Oulitskaïa

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain russe (Davlekanovo 1943).

Née dans l'Oural, elle vit à Moscou. Biologiste de formation, elle travaille dans un laboratoire puis dirige pendant quelques années la section littéraire du Théâtre Yiddish de Moscou. Elle commence à publier à la fin des années 1980, et se fait connaître avec Sonietchka (1993, prix Médicis en 1996) : cette longue nouvelle est le portrait d'une lectrice, qui puise dans sa passion la force d'accepter avec une admirable sérénité la trahison des siens. Avec Médée et ses enfants (1997), elle livre, sur fond de saga familiale, un autre destin de femme (elle est grecque cette fois, et l'action se passe en Crimée), grande par la simplicité avec laquelle elle se sacrifie pour les siens, devenant ainsi la gardienne du foyer et des traditions ancestrales. Attachée à dépeindre toutes les nuances de la vie quotidienne, Oulitskaïa offre dans ses recueils de nouvelles (les Pauvres Parents, 1992 ; Un si bel amour, 2002) un véritable tableau de la société contemporaine ; elle s'est aussi penchée sur le milieu de l'émigration russe new-yorkaise dans De joyeuses funérailles (1998). L'ensemble de son œuvre est pénétré d'une forme de tendresse lyrique pour le monde et les personnages qu'elle décrit et résonne souvent comme un hymne à la vie. Elle a obtenu le prix Smirnoff-Booker en 2001 pour le Cas de Koukotski.