En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Charles d'Orléans

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète français (Paris 1394 – Amboise 1465).

Fils de Louis d'Orléans, deuxième fils de Charles V, il a connu un décevant destin historique jalonné, après l'assassinat de son père (1407) sur ordre de Jean sans Peur, par la guerre de vengeance contre les Bourguignons, la défaite d'Azincourt et une longue captivité en Angleterre (1415-1440), les ambitions déçues (en Italie notamment), la naissance tardive d'héritiers, dont le futur Louis XII. Sa carrière poétique est résumée en un recueil manuscrit, où se mêlent les influences de Guillaume de Machaut, de Pétrarque et de Chaucer : le poète a rassemblé des ballades, des complaintes, chansons et caroles, formant son œuvre de jeunesse, et enrichi son livre, à partir de 1444, d'une trentaine de ballades et de nombreux rondeaux à la tonalité plus légère. Voué à la réclusion contrainte puis volontaire, dans de petites cours très cultivées, Charles d'Orléans élabore un rituel imaginaire à partir des genres lyriques de la tradition courtoise, en unissant l'exigence de sa condition d'aristocrate et sa vocation poétique. Dans ses ballades, complaintes et rondeaux, le discours de la sagesse alterne avec le chant du cœur. L'évolution de l'œuvre s'observe moins au niveau du langage qu'à celui du témoignage, du Livre de jeunesse, dont l'ordonnance thématique souligne la valeur de l'amour, au Livre de vieillesse qui, après le retour d'exil, note au jour le jour le passage du temps. Dans un mouvement d'introspection, un dialogue s'ébauche entre la conscience modelée par la culture chevaleresque et la sensibilité personnelle, blessée par la mauvaise Fortune. Celle-ci, semeuse de désordre, fournit l'occasion de poèmes dont la rigoureuse structure aide à retrouver l'harmonie du monde et la paix de l'âme. L'image, toujours prête à se fondre en métaphore, abolit la distinction entre les choses et les idées. Le monde des objets est instable, mais une loi les gouverne, qui explique la nature et la société, le corps et l'âme.