En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Mamed Gadji-aga ogly, dit Mamed Saïd Ordoubady

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain azerbaïdjanais (Ordoubad 1872 – Bakou 1950).

Fils d'instituteur, collaborateur de Molla-Nasreddin, il est révélé par des vers (Insouciance, 1906 ; Patrie et Liberté, 1907) où l'inspiration progressiste côtoie une vision idéalisée de l'islam, et publie, en exil à Tsaritsyne, un premier roman social (l'Infortuné Millionnaire, 1914). Après 1917, il poursuit une œuvre de satirique et de publiciste, tout en consacrant des romans historiques et sentimentaux au mouvement révolutionnaire d'Iran (les Brouillards de Tabriz, 1933-1948), aux luttes du prolétariat de Bakou (Ville en armes, 1938 ; Bakou clandestine, 1940) et au poète national Nizami (le Glaive et la Plume, 1946-1948).