En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Sean O'Casey

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Auteur dramatique irlandais (Dublin 1883 – Torquay, Devonshire, 1964).

ssu d'une famille protestante des taudis de Dublin, autodidacte (il fera tous les métiers après trois ans d'école), marqué par la grève générale de 1913, il scrute les lignes de force et de faiblesse du patriotisme irlandais. La ténacité des femmes, les vantardises des hommes tiendront une large place dans son œuvre. Si l'internationalisme prolétarien lui paraît la solution, les échecs le ramènent vers l'anticléricalisme et un expressionnisme social teinté de bouffonnerie, celui de l'espoir bafoué. Parmi ses pièces, l'Ombre d'un terroriste (1923) est prise à contresens. Pourtant Junon et le Paon (1924), la Charrue et les Étoiles (1926), L'étoile devient rouge (1940), Roses rouges pour moi (1943) feignent l'espoir malgré tout, justifié par l'horreur de la misère. Dès 1928, Yeats avait rejeté sa pièce antimilitariste la Coupe d'argent. Avec Coquin de coq (1949), le Feu de joie de l'évêque (1955) et, surtout, les Tambours du Père Ned (1958), O'Casey touche au tabou : l'Église bouche toutes les voies. L'archevêque de Dublin menaça de ne pas bénir le festival de Dublin si la pièce était représentée : les acteurs cédèrent ; O'Casey refusa désormais d'être joué en Irlande. Autobiographie (1939-1954), pleine de verve amère, témoigne de la fragilité d'une vitalité sommée de choisir le drapeau de ses futures désillusions.