En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Nikolaï Ivanovitch Novikov

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain russe (Avdotino, près de Moscou, 1744 – id. 1818).

Figure essentielle des Lumières russes, il fonda à Saint-Pétersbourg plusieurs revues satiriques, le Bourdon (1769-1770), puis le Peintre (1772-1773) et la Bourse (1774), interdites l'une après l'autre (« Ce n'est pas la faute du miroir si les visages sont de travers », se défendait-il). Il ouvrit alors (1779) une maison d'édition à Moscou, et devint franc-maçon  – ce qui accentua l'hostilité de Catherine II, qui l'envoya dans une forteresse. Comme éditeur, il joua un rôle de vulgarisateur, qui allait de l'adaptation des œuvres philosophiques et scientifiques européennes à la création d'un journal pour enfants ; il organisa la première bibliothèque publique de Moscou.