En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Valère Novarina

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Chêne-Bourgerie, Suisse, 1942).

Il porte souvent à la scène (l'incarnation est un précipité de la lecture) ses textes qui mêlent théâtre, roman, poésie, autobiographie et épopée, tout en outrepassant les limites de chacun de ces genres, notamment par le pullulement des personnages (2 587 dans le Drame de la vie, 1984) et des énumérations hallucinantes (1 111 oiseaux dans le Discours aux animaux, 1987 ; 1 739 cours d'eau dans la Chair de l'homme, 1995). Son interrogation sur le tragique de l'expérience humaine passe par la frénésie de tout dire (« ce dont on ne peut pas parler, c'est cela qu'il faut dire ») et la perpétuation d'un état insurrectionnel de la langue (le Babil des classes dangereuses, 1978), qui intègre ritournelles, comptines, proverbes, résurgences des parlers savoyard et argotique, échos de la poésie biblique ou encyclopédique, et multiplie néologismes, barbarismes, agglutinations de mots, manipulations morphologiques et étymologiques.