En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Friedrich von Hardenberg, dit Novalis

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète allemand (Wiederstedt, Saxe, 1772 – Weissenfels 1801).

Sa vie sentimentale reste placée sous le signe de sa rencontre avec Sophie von Kühn, qui meurt en 1797 à 15 ans. Son œuvre reflète un savoir encyclopédique acquis au fil de ses rencontres (Fichte, Schleiermacher), de ses amitiés (Tieck, Friedrich Schlegel, le groupe de l'Athenäum), de ses lectures personnelles (Jakob Böhme, Frans Hemsterhuis). Les fragments parus en 1798 dans l'Athenäum sous le titre Grains de pollen, tout comme le Brouillon général, projet d'encyclopédie rédigé en 1798 mais non publié, sont autant de tentatives pour exprimer l'analogie universelle, clef de la « romantisation du monde » grâce à laquelle l'homme, ce « citoyen de deux mondes », participe du visible et de l'invisible et déchiffre la nature au moyen de « l'idéalisme magique » (les Disciples à Saïs). Des fragments aux aphorismes, des Chants spirituels d'inspiration piétiste aux Hymnes, des essais politiques au roman romantique, l'œuvre de Novalis est diverse et originale. Son « roman de formation » inachevé, Henri d'Ofterdingen, est publié en 1802. L'idéalisme magique trouve son expression la plus haute dans l'union mystique des Hymnes à la nuit. Son essai politique, la Chrétienté ou l'Europe (publié en 1826), réhabilite le Moyen Âge d'avant Luther et rêve d'un retour à l'âge d'or dans une Europe purifiée par la foi retrouvée. Par-delà la récupération parfois abusive par la seconde génération romantique, conservatrice et restauratrice, Novalis domine, par son œuvre fragmentaire et inachevée, tout le premier romantisme allemand, auquel il donne un symbole (la « Fleur bleue ») et une devise (« C'est vers l'intérieur que va le chemin mystérieux »).

Henri d'Ofterdingen, roman inachevé, paru (posthume) en 1802. Vaste fragment en deux parties (l'Attente, l'Accomplissement), dont seule la première a été rédigée, le roman est conçu comme une réplique au Wilhelm Meister de Goethe, dont Novalis fut un admirateur avant d'en dénoncer le « prosaïsme bourgeois ». « Aux confins de deux mondes », selon la formule de l'idéalisme magique, le voyage du héros est une évasion, mais aussi une initiation à travers les visions (la Fleur bleue qui détermine l'impossible quête) et les contes (« Éros et Fable », « Légende d'Arion »). La rencontre du héros avec le poète-mage Kingsohr et sa fille Mathilde (incarnation de la Fleur bleue perdue dès que trouvée) marque le début de la transfiguration d'Henri en poète. La seconde partie devait, sous l'impulsion de Cyane, révéler le secret de la « romantisation du monde », et, dans l'âge d'or retrouvé, montrer que « toute la race humaine est poétique ». Récit plus féerique que romanesque, Henri d'Ofterdingen reste le roman romantique par excellence, histoire non de l'apprentissage de la vie comme son illustre modèle goethéen, mais de la découverte du poète caché en tout individu.

Hymnes à la nuit, cycle de poèmes, paru en 1800 dans la revue l'Athenäum. L'ensemble de ces six poèmes s'articule autour du troisième Hymne, considéré comme l'Hymne originel. Le poète y relate la vision qu'il eut sur la tombe de Sophie von Kühn, morte à 15 ans : « l'aimable soleil de la nuit » devient la médiatrice entre un Ici-bas plongé dans une lumière splendide mais fallacieuse (Premier Hymne) et l'Au-delà où toute contradiction s'abolit dans la nuit, « source de vie » (Deuxième Hymne). Cette révélation conduit le poète à une inversion volontaire du jour et de la nuit, de la vie et de la mort (Quatrième Hymne). Embrassant dans le cinquième Hymne l'histoire de l'humanité, Novalis rêve du retour à l'Âge d'or, condamne « l'âge de l'obéissance mathématique » et unit dans une même médiation Sophie et le Christ ressuscité. Le dernier poème, Nostalgie de la mort, célèbre la mort-délivrance, l'entrée dans la nuit éternelle et le début d'une vie authentique.