En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

François Nourissier

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Paris 1927-Paris 2011).

Chroniqueur (au Point, au Figaro Magazine), longtemps conseiller littéraire aux éditions Grasset (1958-1996), il préside l'académie Goncourt de 1996 à 2002. Le titre de la série le Malaise général (Bleu comme la nuit, 1958 ; Un petit bourgeois, 1963 ; Une histoire française, 1965) peut s'appliquer à toute son œuvre, qui mêle, dans un « narcissisme sombre », volontiers narquois et désabusé, la veine classique du roman social et psychologique et l'autobiographie (la Crève, 1970, prix Femina ; Lettre à mon chien, 1975 ; l'Empire des nuages, 1981 ; Roman volé, 1996 ; le Bar de l'Escadrille, 1997 ; À défaut de génie, 2000), et sur laquelle pèse le sentiment d'un rendez-vous manqué avec l'Histoire et les nouvelles générations (l'Eau grise, 1951 ; les Orphelins d'Auteuil, 1956 ; le Musée de l'homme, 1978 ; En avant, calme et droit, 1987).