En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Amélie Nothomb

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Romancière belge (Kobe, Japon, 1967).

Après une enfance au Japon où son père est ambassadeur de Belgique, puis des études de philologie à Bruxelles, elle publie son premier roman en 1992, Hygiène de l'assassin, premier succès régulièrement confirmé depuis. Offrant la part belle au dialogue (les Catilinaires, 1995 ; Péplum, 1996 ; Mercure, 1998), ou écrivant directement pour la scène (les Combustibles, 1994), elle cultive l'aphorisme, la pointe ironique et le grincement cocasse. Plusieurs récits empruntent à l'expérience autobiographique : l'enfance à l'ambassade au Japon dans le Sabotage amoureux (1993) ; les relations de travail au sein d'une entreprise nipponne dans Stupeur et tremblements (1999, grand prix du roman de l'Académie française), et même les premiers moments de l'existence dans Métaphysique des tubes (2000). Tous mêlent l'étude psychologique et morale à la dimension parabolique : l'œuvre du vieil écrivain odieux et cynique d'Hygiène de l'assassin cache mal une pulsion criminelle ; les Catilinaires ébranlent les fondements inconscients de l'harmonie sociale ; Attentat (1997) explore les démêlés du psychologique et du physiologique ; Cosmétique de l'ennemi (2001) met en scène le dédoublement du rapport à soi.