En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Nishiwaki Junzaburo

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète et critique littéraire japonais (Niigata 1894 – id. 1982).

Professeur de littérature anglaise à l'Université Keio (1926-1961), il étudia la littérature médiévale à Oxford (1922-1926), séjour au cours duquel il voyagea en France et en Espagne. Dès son retour, il participa à des groupes littéraires modernistes ou d'avant-garde, et publia des critiques sur le surréalisme (1929-1930) et son recueil de poème Ambarvalia (1933). Il consacra également de longues années à ses traductions de T. S. Eliot (Poems, 1929 ; Waste Land, 1952). Maître incontesté, il marqua l'évolution de la poésie japonaise de l'après-guerre : Sans retour, le voyageur (1947) ; Troisième Mythe (1956) ; Temps perdu (1960).