En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Wa Thiong'o, dit James Ngugi

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain kényan (Limuru 1938).

Il fit ses études à Makerere College en Ouganda, puis à l'université de Leeds en Grande-Bretagne. Il est l'auteur de romans : Enfant, ne pleure pas (1964), en partie autobiographique ; la Rivière de vie (1965), drame de l'amour impossible ; Et le blé jaillira (1967), qui évoque la lutte des Mau-Mau à la veille de l'indépendance ; Pétales de sang (1977), dans lequel il s'interroge sur le devenir de l'Afrique ; le Diable sur la croix (1982). Auteur dramatique (l'Ermite noir, 1968 ; le Procès de Dedan Kimathi, 1976), il a été révoqué de son poste de directeur du département de littérature de l'université de Nairobi pour une pièce satirique en kikuju sur l'exploitation des paysans (Ngaahika Ndeenda, 1977) et vit depuis 1982 en exil à Londres. Il a réuni ses essais dans le Retour au pays (1972) et les Écrivains dans la politique (1981), et consigné son expérience carcérale dans Détenue (1982). Son œuvre actuelle s'écrit en gikuyu, langue dont il a brillamment renouvelé le genre romanesque avec Matigari (1985). L'influence de sa réflexion sur les questions linguistiques, consignée dans de nombreux essais et conférences, est très grande sur les nouvelles générations d'écrivains, en particulier en Afrique australe.