En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Gabriel Naude

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Bibliophile et écrivain français (Paris 1600 – Abbeville 1653).

Formé à la philosophie naturaliste par l'Italien Crémonini, il dénonce, dès ses premiers ouvrages, l'usage politique du surnaturel et l'accusation de magie (Apologie pour tous les grands personnages qui ont été faussement accusés de magie, 1625). Il forme avec La Mothe Le Vayer, Diodati et Gassendi, la Tétrade, groupe « déniaisé » de libertins qui défend une philosophie fondée sur le libre exercice de la raison et des comportements débarrassés des interdits religieux. À Rome, pendant dix ans, il rédige avec ses Considérations politiques sur les coups d'État (1639) un traité de philosophie politique sur la raison d'État. Proche de Mazarin, il est l'auteur d'un Avis pour dresser une bibliothèque (1627) et d'une célèbre contre-mazarinade, le Mascurat (1650), où il développe ses propres idées politiques.