En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

al-Naqqâch

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Famille d'écrivains libanais.

Mârûn (Sayda 1817 – Tarsûs 1855). Ce commerçant cultivé et polyglotte voyagea dans l'Empire ottoman et en Europe, surtout en Italie ; il fonda le premier théâtre arabe dans sa propre maison à Beyrouth en 1847. Ses œuvres (l'Avare, 1847 ; Abû l-Hasan l'étourdi, pièce comique inspirée des Mille et Une Nuits, 1849 ; le Méchant envieux, 1851) furent regroupées et publiées dans un recueil posthume sous le titre le Cèdre du Liban (1869).

Salîm (mort au Caire 1884), neveu de Mârûn, fonda une troupe en 1876 à Alexandrie, avec Adîb Ishâq. Il écrivit plusieurs pièces et adapta Phèdre, Mithridate et Horace.