En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Fernando Gonçalves Namora

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain portugais (Condeixa, Coimbra, 1919 – Lisbonne 1989).

Médecin de campagne – il relatera son expérience dans les Journées d'un médecin (1948) –, il débuta comme poète dans le groupe Novo Cancioneiro, avant de devenir, avec ses romans, l'un des chefs de file du néoréalisme portugais. Ainsi, les Quatre Coins du monde (1938), sur l'adolescence, vise un réalisme psychologique, exprimé aussi dans Feu dans la nuit obscure (1943), sur la jeunesse universitaire. Ses contes (Réponse à Mathilde, 1980) et ses récits allient la recherche de la forme avec une sympathie concrète pour les humbles. Dimanche après-midi (1961) est peut-être son œuvre la plus accomplie. La chronique se superpose à la fiction dans Dialogue en septembre (1966), Une cloche dans la montagne (1968), les Clandestins (1972), roman multilinéaire, Chevauchée grise (1977), chronique de la vie à New York, et le Fleuve triste (1982), récit polyphonique des dernières années du salazarisme.