En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Henri Murger

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Paris 1822 – id. 1861).

Saute-ruisseau chez un notaire, puis secrétaire du comte Tolstoï, il mena plusieurs années une existence de misère. C'est à cette époque qu'il rencontra Baudelaire, Champfleury, Nadar, et observa le milieu qu'il décrit dans les Scènes de la vie de bohème (1847-1849), qui parurent dans le Corsaire, avant de devenir une pièce de théâtre (1849) et d'être adaptées pour l'opéra par Puccini. Ces 24 nouvelles évoquent les heurs et les malheurs des « quatre mousquetaires » du café Momus, jeunes artistes turbulents dont le génie s'emploie surtout à gruger le bourgeois ou à dilapider les quelques francs que leur envoie la Providence. Le succès lui permit d'entrer à la Revue des deux mondes (1851-1854), où il publia le Pays latin (1851), Adeline Protat (1853) et les Buveurs d'eau (1854). Il chercha vainement à retrouver sa veine initiale dans les Scènes de la vie de jeunesse (1851), la comédie du Bonhomme Jadis (1852) et deux recueils de poèmes (Ballades et Fantaisies, 1854 ; Nuits d'hiver, 1861).