En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Loys Masson

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain mauricien de langue française (Rose Hill 1915 – Paris 1969).

Après avoir publié, à Maurice, quelques textes poétiques, il part pour la France en 1939. Entré dans la clandestinité dès 1940, il devient secrétaire de rédaction de Poésie 41. Secrétaire du Comité national des écrivains (1945), rédacteur en chef des Lettres françaises (1946), il se sent mal à l'aise dans sa double appartenance, chrétienne et communiste, et, en 1948, il abandonne le journalisme pour se consacrer à son œuvre : lyrisme métaphysique et engagement vibrant des poèmes (Délivrez-nous du mal, 1942-1946 ; Poèmes d'ici, 1943 ; les Vignes de septembre, 1955 ; la Dame de Pavoux, 1965), fantaisie farfelue (l'Illustre Thomas Wilson, 1948), théâtre (la Résurrection des corps, 1952 ; Christobal de Lugo, 1960), roman d'inspiration autobiographique (l'Étoile et la Clef, 1945), romans maritimes et insulaires (les Mutins, 1951 ; les Tortues, 1956 ; le Notaire des Noirs, 1961 ; les Noces de la vanille, 1962 ; le Lagon de la miséricorde, 1964), romans de l'impossible héroïsme (le Feu d'Espagne, 1965 ; les Anges noirs du trône, 1967). La plupart de ses romans obéissent à une structure réflexive : un narrateur revient sur son passé pour y élucider une culpabilité latente. Le héros est souvent un enfant orphelin, trahi par la génération des pères, choisissant la révolution, transgressant les interdits sociaux et raciaux, avant d'être mis à mort tel un nouveau Christ. Loys Masson a choisi l'exil, mais ses romans le ramènent à ses rêves de jeunesse : combattre pour la libération de la « race de Caïn ».