En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Léon, dit Léo Malet

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Montpellier 1909 – 1996).

Chansonnier dès 1925 à Paris au cabaret la Vache enragée (ce début sera programmatique : il fera tous les métiers, de la plomberie à l'emballage chez Hachette en passant par la boutique de mode), il fut d'abord un journaliste anarchiste et un poète surréaliste d'une rare violence (J'arbre comme cadavre, 1937 ; Hurle à la vie, 1940 ; Poèmes surréalistes, 1975-1983). Il inventa le décollage (la poésie dans la rue par arrachage fragmentaire des affiches) et participa pendant la guerre aux activités du groupe de la Main à plume. Après avoir parodié la littérature policière anglo-saxonne sous divers pseudonymes (ainsi Frank Harding, pour Johnny Métal en 1941), il créa (120, rue de la Gare, 1943) un personnage de détective nonconformiste, Nestor Burma, qu'il promena, dans le cadre des Nouveaux Mystères de Paris, à travers 15 des 20 arrondissements de la capitale : un roman noir teinté de gouaille populaire, qui est aussi, à sa manière, une illustration du hasard objectif (l'Ours et la Culotte, 1955 ; Pas de bavards à la Muette, 1956 ; les Eaux troubles de Javel, 1957 ; Micmac moche au Boul'Mich, 1958). Quatre de ses romans furent adaptés au cinéma, et de nombreux autres à la télévision (1991-1998). Tardi rendit fort bien l'atmosphère des Burma dans trois bandes dessinées.