En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Kurt Suckert, dit Curzio Malaparte

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain italien (Prato 1898 – Rome 1957).

C'est à sa vie aventureuse que l'on doit le goût du réalisme et du cynisme cruel qui anime ses récits : Kaputt (1944), qui décrit l'horreur quotidienne de la guerre et la débâcle de la notion même d'Europe ; la Peau (1949), qui évoque la dégradation de Naples après la guerre ; Ces Sacrés Toscans, (1956). Les outrances et l'amoralisme de sa personnalité ont longtemps retardé l'évaluation critique de son œuvre. Ainsi, le débat sur Malaparte a été remis au goût du jour grâce à la redécouverte des deux essais (Technique du coup d'État et le Bonhomme Lénine) qui firent connaître Malaparte à Paris en 1931 et 1932, et la publication d'un roman inachevé, entrepris en 1945-1947, le Bal au Kremlin (1985).