En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Luo Guanzhong

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain chinois (vers 1330 – v. 1400).

On attribue à ce lettré sur lequel on sait bien peu de chose, outre un rôle indéterminé dans l'écriture du roman Au bord de l'eau (Shuihu zhuan), trois pièces de théâtre (zaju) et la rédaction de plusieurs romans historiques. Néanmoins, c'est au Roman des Trois Royaumes que son nom est le plus naturellement associé, car c'est lui qui signe la mise en forme littéraire des éléments narratifs (plusieurs zaju et différentes versions destinées à la lecture, plus ou moins basées sur les récits des conteurs publics) qui avaient pris pour base un des épisodes les plus fameux de l'histoire de Chine, la période des Trois Royaumes (220-280). L'œuvre, dont la première version imprimée connue est datée de 1522, deviendra le modèle du roman historique à la chinoise, genre appelé yanyi ou « amplification ». Ici, c'est la Chronique des Trois Royaumes de Chen Shou (233-297) qui fournit le cadre. Loin d'en être l'esclave, Luo met en scène l'histoire pour distraire les lecteurs en dramatisant les situations et en accentuant les caractères dans une langue proche de la langue parlée. Réputée comporter « sept dixièmes de fiction », la narration est fertile en incidents diplomatiques et militaires, en combats singuliers et en batailles rangées, en alliances et en trahisons. Les personnages, admirablement campés, symbolisent, au-delà d'eux-mêmes, des forces et des valeurs morales : c'est la lutte de la légitimité et des vertus royales de Liu Bei contre les puissances du Mal incarnées par l'ambition et la soif de pouvoir d'un Cao Cao sans scrupule. Cette schématisation allie les conceptions confucianistes aux aspirations populaires. Le roman n'a cessé de jouir d'un immense succès renforcé par le commentaire que Mao Zonggang donna à l'édition qu'il mit en circulation en 1679. Son influence, laquelle se fit sentir très tôt sur le théâtre, touche largement aujourd'hui encore non seulement le cinéma et la bande dessinée, mais aussi le monde des jeux vidéo.