En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Lucain

en lat. Marcus Annaeus Lucanus

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète latin (Cordoue 39 – Rome 65).

Petit-fils de Sénèque le Rhéteur et neveu de Sénèque le Philosophe, il fut, très jeune, l'un des poètes les plus en vue de l'entourage de Néron. Son amitié pour l'empereur lui valut de participer activement à la renaissance culturelle des premières années du règne. Mais sa célébrité et les succès qu'il remporta dans les concours littéraires suscitèrent la jalousie de Néron et il fut contraint de s'éloigner de la cour. Impliqué en 65 dans la conjuration de Pison, il tenta d'échapper à la mort en dénonçant sa propre mère, mais fut contraint de se suicider. De son œuvre abondante, tragédie (Médée), livrets de pantomimes, recueils poétiques (Saturnales, Silves, Éloge de Néron), il reste son épopée inachevée en 10 livres, la Pharsale, dans laquelle, en choisissant de traiter la guerre qui opposa de 49 à 45 av. J.-C. César aux troupes sénatoriales commandées par Pompée (le titre du poème retenu par l'auteur était plutôt la Guerre civile), il renouvela le genre épique par le récit d'événements historiques qui ne laissent aucune place au merveilleux. L'inspiration stoïcienne et le rôle dévolu à la Providence ont poussé le poète à faire de Caton d'Utique le véritable centre de l'œuvre : cette grande figure de l'époque républicaine devient dans la Pharsale le symbole de la sagesse et de la vertu que Lucain oppose implicitement aux dérèglements de Néron. L'ensemble du poème, avec ses outrances rhétoriques et son expressionnisme coloré, constitue un bon exemple du style baroque à l'honneur sous le règne de Néron.