En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Cycle des Lorrains

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Garin le Lorrain et Gerbert de Metz (fin xiie s.) sont le noyau originel d'un cycle qui développe sur quatre générations de héros (les deux suivants sont Hervis de Metz et Anséis de Metz) les luttes féodales entre les Lorrains et les Bordelais sous Pépin le Bref, bien que ce cycle, entièrement imaginé, ne se rattache à aucun événement historique précis. Les caractéristiques essentielles en sont la violence des situations, leur extrême diversité, qui renouvelle la thématique épique, la représentation aussi brutale que réaliste qui est donnée des mœurs féodales. Comme dans Raoul de Cambrai, le pouvoir royal reste impuissant à arrêter l'enchaînement des vengeances qu'entretient la farouche solidarité de lignages. Garin le Lorrain est la plus ancienne et la plus importante chanson du cycle et relate d'abord les exploits de Garin et de son frère Bégon contre les païens, puis les débuts des hostilités entre le lignage des Lorrains et celui des Bordelais, mené par Fromont. L'assassinat de Begon entraîne une nouvelle cascade de violences et d'exactions, dont le meurtre de Garin dans une chapelle, alors qu'il est venu négocier la paix. Cette première chanson qui, comme Gerbert, a eu une très grande diffusion, ne parvient pas à mettre fin aux luttes féodales qui se poursuivent dans Gerbert de Metz. Gerbert s'achève cependant sur la mise à mort des traîtres tandis que les héros survivants, comme Gerbert, sont récompensés des luttes qu'ils ont aussi menées pour la défense de la chrétienté.