En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Sara Lidman

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Femme de lettres suédoise (Jörn, Västerbotten, 1923 – Umeå 2004).

La Vallée au goudron (1953), le Pays des fausses mûres (1955), écrits dans une langue mêlée d'expressions dialectales, décrivent les populations du Grand Nord suédois. Le drame Aïna (1956) ou le roman le Sceptre de la pluie (1958) sont de vibrants plaidoyers pour les laissés-pour-compte de la société moderne. De même qu'un voyage en Afrique du Sud donne une tournure violemment engagée à Moi et mon fils (1961), un séjour au Viêt-nam nourrit l'indignation des Oiseaux de Nam Dinh (1973). Son chef-d'œuvre, la Mine (1968), présente le monde du travail à travers les mineurs du Norrland.