En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Sinclair Lewis

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain américain (Sauk Centre, Minnesota, 1885 – Rome 1951).

Fils de médecin, il abandonna d'épisodiques études à Yale pour s'intégrer à la communauté utopique (« Helicon Home Colony ») fondée en 1906, dans le New Jersey, par Upton Sinclair. Journaliste, il connut son premier succès avec son évocation ironique du bovarysme du Middle West dans Grand'Rue (1920) : à Gopher Prairie, petite ville du Minnesota, la jeune Carol Kennicott s'ennuie aux côtés d'un médecin de campagne et le roman devient flaubertien dans son évocation du désert intellectuel et moral du Midwest et des vaines aspirations des âmes romantiques. Ce parti pris se confirme avec le portrait de l'homme infantilisé par la société de consommation, une prospérité sans intérêt sur fond de moralisme oppressant (Babbitt, 1922). Héritier de Dreiser et Norris, et aux côtés des « muckrakers », il fondait ainsi un réalisme original défini par le partage entre les aspirations individuelles et les constats sociologiques. Il poursuivit alors une vaste typologie critique de la vie américaine avec Arrowsmith (1925), Elmer Gantry (1927), Dodsworth (1929). En 1930, le prix Nobel, qu'il est le premier à recevoir aux États-Unis, couronne cependant moins le critique que le moraliste, moins le satiriste que le puritain (Je suis aussi un étranger ici, 1962). À travers ses « instantanés » pris sur la réalité, il reste un témoin capital des États-Unis des années 1920 et une illustration des contradictions de la culture américaine.