En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Denise Levertov

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poétesse américaine d'origine anglaise (Ilford, Essex, 1923 – Seattle 1997).

Après avoir été infirmière à Londres pendant le Blitz, elle émigre en Amérique en 1948, où elle enseigne à Brandeis et au MIT, avant de s'installer près de Seattle et de devenir professeur à Stanford University en 1989. Très marquée par son histoire familiale de descendants de hasidim de Russie et par la conversion de son père à l'anglicanisme, elle s'est intéressée à la politique et aux droits de l'homme, domaines qu'elle lie étroitement à la pratique poétique. Influencée par les imagistes, par William Carlos Williams et les objectivistes, gravitant dans le cercle du Black Mountain College, elle s'attache à rendre directement une expérience et à rapporter l'expression verbale à la singularité de l'objet, sans en perdre les significations mythiques et mystiques, dans une manière proche de celle de Robert Duncan. À la fois artisan et voyant, le poète, selon Levertov, révèle le monde et prend part aux débats, de la guerre du Viêt Nam aux dangers du nucléaire en passant par la place des femmes dans la vie privée comme dans la vie publique. Poétique de la perception et de la joie, le travail de Levertov pense le poème avant tout en termes d'exploration physique et mentale (Ici et maintenant, 1957 ; l'Échelle de Jacob, 1961 ; Ô goûtez et voyez, 1964 ; Survivre, 1971 ; la Vie dans la forêt, 1978 ; Chandelles de Babylone, 1982 ; Tesserae, 1995). Elle a traduit Guillevic.