En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ángel María de Lera

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Journaliste et écrivain espagnol (Baides 1912 – Madrid 1984).

Romancier, il décrit la vie des bidonvilles de Madrid (les Oubliés, 1957), l'existence lamentable des apprentis toreros (les Clairons de la peur, 1958) ou la nostalgie des travailleurs espagnols émigrés (Nous avons perdu le soleil, 1963). S'il évoque la guerre civile (Derniers Étendards, 1967), c'est aussi pour jeter un regard sur son enfance.