En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Martin Le Franc

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète français (comté d'Aumale 1410 – v. 1461).

Il fut secrétaire des papes Félix V et Nicolas V, prévôt de Lausanne et chanoine de Genève. Il dédia à Philippe Le Bon deux ouvrages à portée morale et didactique. Dans le Champion des Dames (vers 1440-1442), en 24 000 octosyllabes disposés en huitains, l'auteur, partant du Roman de la Rose, prend la défense des femmes contre la tradition misogyne de Jean de Meun. Étape importante dans l'évolution de la « querelle des femmes », première bataille d'idées en France suscitée par le débat sur le Roman de la Rose, l'œuvre est aussi un trésor de références littéraires et d'allusions historiques, avec l'évocation du monde des lettres et de la société courtoise. D'inspiration plus allégorique et religieuse, l'Estrif de Fortune et de Vertu (1447-1448) est un débat entre les Dames Fortune et Vertu et Dame Raison, pour savoir quelle est celle qui dirige le monde. Des poèmes à portée philosophique s'insèrent dans les discussions en prose.