En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Johann Kaspar Lavater

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain suisse d'expression allemande (Zurich 1741 – id. 1801).

Théologien, patriote (Schweizer Lieder, 1767), il s'oppose à l'aristocratie zurichoise puis à la politique française (Un mot d'un Suisse libre à la grande nation, 1798). Disciple de Bodmer et admirateur de Klopstock, il se lie d'amitié avec Goethe et adhère à l'irrationalisme de l'Empfindsamkeit et du Sturm und Drang, dont il fait le fondement de sa pensée (Chants chrétiens, 1771 ; Pontius Pilatus, 1782-1785, Abraham et Isaak, 1776). Avec ses Essais de physiognomonie (1775-1778), il prétend fonder une science qui contribuerait au progrès de l'humanité. La physiognomonie comme la phrénologie (Gall, Spurzheim) furent pour Balzac et beaucoup d'autres écrivains du début du xixe s. ce que la psychanalyse est pour les écrivains du xxe s. : statut « scientifique » analogue et modèle caractérologique.