En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Armand Lanoux

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Paris 1913 – Champs-sur-Marne 1983).

Représentant de commerce, instituteur, journaliste, directeur de la revue À la page, membre influent de l'Académie Goncourt, il a pratiqué, dans une même tonalité humaniste et réaliste, à peu près tous les genres, du recueil lyrique (le Montreur d'ombres, 1982) à la dramatique télévisée. Entomologiste de la vie quotidienne, c'est un romancier qui épouse les grands courants de son époque (la Nef des fous, 1948 ; les Lézards dans l'horloge, 1953 ; le Commandant Watrin, 1956 ; Quand la mer se retire, 1963 ; le Berger des abeilles, 1974). Il réfléchit cependant sur les sources et les techniques de la fiction à travers une « édition critique » de ses nouvelles (les Châteaux de sable, 1979) et montre une prédilection pour la recréation biographique de grandes figures d'écrivains (Bonjour Monsieur Zola, 1954 ; Maupassant le bel ami, 1967 ; Adieu la vie, adieu l'amour, 1976, sur Dorgelès).