En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

George Lamming

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain barbadien (La Barbade 1927).

Son premier roman, les Îles Fortunées (1953), recrée une enfance démunie dans des quartiers populaires à l'atmosphère stimulante et animée. Le second, les Émigrés (1954), peint des rapports entre Antillais fraîchement débarqués dans la capitale britannique, dont l'ambiance intellectuelle les fascine tandis que le racisme les tient à distance. Son essai autobiographique, les Plaisirs de l'exil (1960) reprend ce thème et fera date : il retrace, avec une ironie amère, les difficiles étapes de l'adaptation et de l'intégration problématique des jeunes immigrés antillais dans la société britannique. Dans Âge et Innocence (1957), une visite à l'île de San Cristobal permet d'analyser l'échec de l'exilé noir revenant au pays en quête de ses racines. Une saison d'aventures (1960) se passe dans la même île, indépendante depuis peu : par les yeux d'une jeune fille, membre de la bourgeoisie mulâtre, sont évoquées les difficultés du nationalisme naissant, dont l'échec va de pair avec la célébration de pratiques populaires et africaines (comme le steel band) en opposition à la culture européanisée de l'élite : la rupture entre le gouvernement et les masses est consacrée par l'interdiction de la « Cérémonie des Âmes », proche du culte vaudou. En 1972, Ces étrangers qui sont en moi démonte les origines de l'oppression coloniale : le voyage de « Reconnaissance » sur la route des négriers campe une allégorie des désirs et des dilemmes des capitaines d'aventures. Tout aussi allégorique, Water with Berries (1971) ne se réduit pas aux déboires commerciaux ou amoureux d'artistes noirs à Londres ; au niveau symbolique, c'est une reprise de la Tempête (déjà amorcée dans les Plaisirs de l'exil) : représenté par la vieille Douairière, Propéro ne peut empêcher Caliban d'échapper au néocolonialisme ; en voilant les tabous, Teeton démontre la nécessité d'une table rase psychologique comme préalable à la décolonisation. Résolument engagée, sans exclure l'expérimentation ni le formalisme, son œuvre fait de Lamming l'un des grands romanciers antillais contemporains.