En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Félicité de Lamennais ou Félicité de La Mennais

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Prêtre et écrivain français (Saint-Malo 1782 – Paris 1854).

Fils d'un armateur malouin anobli, il manifeste une vive vocation religieuse, accompagnée de tendances antigallicanes. Sa Tradition de l'Église (1814), peu conforme à la politique concordataire napoléonienne, le conduit en exil à Guernesey pendant les Cent-Jours. Ordonné prêtre à Vannes (1816), il devient brusquement célèbre avec son Essai sur l'indifférence en matière de religion (1817-1823), qui, contre l'esthétisme du Génie du christianisme, insiste sur la nécessité des pratiques religieuses. Champion de l'ultramontanisme (De la religion considérée dans ses rapports avec l'ordre politique et social, 1824), entouré de disciples enthousiastes (Lacordaire, Montalembert), il proclame la subordination du pouvoir temporel au spirituel, condamne le pluralisme de l'Université, et réclame une « démocratie chrétienne » dans le journal l'Avenir, qu'il fonde en 1830, et dans l'Agence générale pour la défense de la liberté religieuse. Or, au retour d'un voyage à Rome où il n'a reçu de Grégoire XVI que des encouragements ambigus, il apprend la condamnation de ses idées par l'encyclique Mirari vos (1832). Après deux ans de retraite, ses Paroles d'un croyant (1834), aussitôt condamnées (Singulari nos, 1834), marquent à la fois sa rupture avec l'Église et ses anciens amis et le début de l'intérêt des républicains et des premiers socialistes pour une Église combattant le despotisme. Rêvant d'unir le message évangélique et le progrès social, il critique la hiérarchie catholique (les Affaires de Rome, 1836-1837) comme la monarchie de Juillet (l'Esclavage moderne, 1839 ; le Pays et le Gouvernement, 1840) et sera député à l'Assemblée constituante en 1848. Ne pouvant faire prévaloir ses vues dans la commission chargée d'élaborer la nouvelle Constitution, il abandonne toute activité politique, mais sa philosophie mystique et humanitaire continuera à exercer une influence profonde.